EN  FR  DE  ES | Plan du site | Accueil
Mettre le droit au service des victimes des crimes les plus graves
profile_98.jpg

Charles Taylor

Condamné
Reconnu coupable de complicité de crimes contre l'humanité et crimes de guerre par le TSSL le 26 avril 2012. Condamné à 50 ans de prison le 30 mai 2012. Condamnation confirmée en appel le 26 septembre 2013. Transféré au Royaume Uni en octobre 2013 pour purger sa peine.

Charles Taylor est né le 28 février 1948 à Arthington, au Liberia. Il a fait ses études universitaires aux Etats-Unis, où il a été arrêté en 1979 pour avoir menacé d’occuper la mission diplomatique libérienne à New York. Il a été président du Libéria de 1997 à 2003. La période durant laquelle il était au pouvoir a été marquée par de nombreuses rébellions et conflits dans la région.

Selon l’acte d’accusation du Tribunal Spécial pour la Sierra Leone (TSSL), Taylor a rencontré Foday Sankoh en Libye à la fin des années 1980 et s’est tout de suite rallié à sa cause. Taylor aurait financé et soutenu le Front Révolutionnaire Uni (RUF) de Foday Sankoh en lui fournissant des armes, des munitions et un entrainement militaire. Afin de déstabiliser le pays et d’accéder aux ressources naturelles de la Sierra Leone (surtout aux diamants), il aurait soutenu le RUF dans la préparation de ses actions militaires en Sierra Leone et durant le conflit qui s’en est suivi.

Taylor aurait encouragé et soutenu toutes les actions de l’alliance du RUF et de l’AFRC (Conseil des Forces Armées Révolutionnaires), qui auraient lancé des attaques armées sur le territoire du Sierra Leone, dans les districts de Bo, Kono, Kenema, Bombali, Kailahun et dans la capitale Freetown. Ces attaques étaient notamment dirigées contre la population civile, des travailleurs humanitaires et des forces de maintien de la paix de l’ONU. Ces attaques auraient été perpétrées dans le but de terroriser la population civile et de la punir pour son manque de soutien envers le RUF et l’AFRC. Durant ces attaques, le RUF et l’AFRC auraient commis des meurtres, des violences physiques (notamment des mutilations et des viols), des pillages et des enlèvements d’enfants afin de les enrôler de force comme soldats. Ces actes auraient été encouragés ou exécutés avec la collaboration ou sous les ordres de Taylor.

Le 7 mai 2003, Taylor a été inculpé par le TSSL de 17 chefs d’accusation de crimes de guerres et crimes contre l’humanité. Sous pression de la communauté internationale, Taylor a dû démissionner le 11 août 2003.

Trial Watch rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

Informations

Liberia 2017 2017  - 2017 2017  - 2017
Crimes de guerre
Crimes contre l'humanité
Atteinte à la vie
Atteinte à l’intégrité physique
Protection des personnes
Protection du personnel sanitaire et humanitaire
02.05.2016
icl-f

Restez informés!

Le projet Trial Watch a reçu un soutien financier de la Loterie Romande et de la Ville de Genève.
Copyrights © 2016 trial-ch.org. All rights reserved - DB Engineering: J. Bédat, Design: X. Righetti - Informations légales