EN  FR     | Plan du site | Accueil
Mettre le droit au service des victimes des crimes les plus graves

Actions juridiques

 
    Introduction
 
    Le Centre d'action juridique (CAJ)
Les objectifs
Le fonctionnement
Les affaires du CAJ
Algérie
Bosnie-Herzégovine
Massacre du Mont Vlasic - 6 affaires (septembre 2008)
Groupe de travail de l'ONU sur les disparitions forcées
Affaire PRUTINA (juillet 2009)
Affaire ZLATARAC (août 2009)
Affaire KOZICA (novembre 2009)
Affaire MAHMULJIN (novembre 2009)
Affaire FAZLIC (novembre 2009)
Affaire CEKIC (décember 2009)
Affaire DURIC (janvier 2010)
Affaire HODZIC (février 2010)
Affaire HERO et KOZLJAK (avril 2010)
Affaire Fikret BACIC (avril 2010)
Affaire HOROZOVIC (avril 2010)
Affaire Zijad BACIC (avril 2010)
Affaire SELIMOVIC et autres (mai 2010)
Affaire RAMULIC (juin 2010)
Affaire ALISKOVIC (juin 2010)
Affaire MUSIC et autres (juillet 2012)
Affaire RIZVANOVIC (septembre 2010)
Affaire HAMULIC (novembre 2010)
Affaire Fadil ICIC (décembre 2010)
Affaire Ermin KADIRIC (janvier 2011)
Affaire Milan MANDIC (avril 2011)
Affaire Salih DOVADŽIJA (mars 2012)
Affaire LALE et POPOVIC (septembre 2012)
Burundi
Kenya
Libye
Mexique
Népal
Russie
Tunisie
Compétence universelle et Comités onusiens
Les partenaires
Liens
 
    Les affaires de TRIAL en Suisse
 
    Informations aux victimes de conflits armés
Accueil  >  Activités  >  Actions juridiques  >  Le Centre d'action juridi...  >  Les affaires du CAJ  >  Bosnie-Herzégovine  >  Affaire Ermin KADIRIC (ja...
Last modified on: 19.03.2014

Arrestation arbitraire, mauvais traitements et mort d’Ermin Kadiric en juillet 1992

Ermin Kadiric

L’affaire

En janvier 2011, TRIAL a soumis une communication individuelle au Comité des droits de l’homme des Nations unies au sujet de l'arrestation arbitraire et des mauvais traitements infligés à Ermin Kadirić suivis de sa mort en juillet 1992. Dans cette affaire, TRIAL représente le fils de la victime, Dino Kadirić, ainsi que son épouse, Emira Kadirić.

En juillet 1992, des membres des forces bosno-serbes (Vojska Republike Srpske - VRS) et de groupes paramilitaires ont encerclé le village de Rizvanovići et ont arrêté de nombreux civils dont Ermin Kadirić, alors que celui-ci était chez lui avec sa femme et ses enfants, parmi lesquels Dino alors âgé de cinq ans. Ermin Kadirić et d’autres hommes issus du même quartier ont subi des mauvais traitements pendant plusieurs heures avant d’êtres arbitrairement tués par des membres de la VRS.

Avant d’être contrainte de quitter sa région en étant emmenée de force au camp de concentration de Trnopolje avec ses enfants, Emira Kadirić, ainsi que d’autres témoins, ont pu voir le corps d’Ermin Kadirić allongé sur le sol. Par la suite, les restes d’Ermin Kadirić ont probablement été déplacés et dissimulés. A ce jour, ils n’ont toujours pas été localisés, exhumés, identifiés ni rendus à sa famille. Ermin Kadirić est enregistré en tant que “personne disparue” auprès des instances internationales et nationales, qui considèrent que cette affaire n’est pas classée.

Près de 18 ans après les faits, aucune enquête digne de ce nom n’a été menée pas les autorités de Bosnie-Herzegovine (BiH), personne n’a été poursuivi, jugé ni sanctionné pour ces crimes. En 2001, la famille de la victime a donné ses empreintes ADN à des institutions chargées du problème des personnes disparues. Cependant, à ce jour, les restes mortuaires d’Ermin Kadirić n’ont pas été identifiés ni localisés.

Dino Kadirić et Emira Kadirić vivent dans une situation d’incertitude extrêmement angoissante puisqu’ils n’ont jamais reçu la moindre information sur ce qu’il était advenu de la victime et n’ont pas été mis au courant les résultats d’une quelconque enquête.

En janvier 2011, TRIAL a donc soumis une communication individuelle au Comité des droits de l’homme des Nations unies, lui demandant notamment:

de reconnaître que la BiH a violé plusieurs articles du Pacte international relatif aux droits civils et politiques en raison de l'absence d'enquête complète, prompte, impartiale et indépendante sur ces faits, enquête qui devrait établir où les restes de la victime se trouvent et identifier les personnes responsables de ces crimes, aux fins de les poursuivre, de les juger et de les punir,

de reconnaître que la BiH a violé plusieurs articles du Pacte au regard de l’épouse et du fils de la victime,

d’exiger de la BiH qu’elle ordonne rapidement des investigations indépendantes dans le but de localiser, d’exhumer, d’identifier et de rendre, dans le respect, les restes mortuaires d’Ermin Kadirić à sa famille,

d’exiger de la BiH de soumettre les auteurs de l'arrestation arbitraire d’Ermin Kadirić, de ses mauvais traitements, de son exécution arbitraire et du déplacement et de la dissimulation subsèquente de son corps aux autorités civiles compétentes pour qu’ils soient poursuivis, jugés et punis, et d’annoncer publiquement le résultat des mesures prises.

Le contexte général

De 1992 à 1995, la guerre a ravagé ce petit Etat issu de l’ex-Yougoslavie. Selon les sources, entre 100'000 et 200'000 personnes y ont trouvé la mort et entre 25'000 et 30'000 personnes ont été victimes de disparition forcée. Environ 13'000 n'ont à ce jour pas encore été retrouvées.

Le cas d’ Ermin Kadirić s'est déroulé durant la première vague de disparitions forcées et de purification ethnique menée par les forces serbes durant le printemps et l'automne de 1992.

Malgré l'existence de preuves solides permettant d'identifier les personnes responsables de l'arrestation arbitraire et des mauvais traitements infligés à Ermin Kadirić puis de sa mort et de la dissimulation de son corps et de témoins directs de ces événements, à ce jour personne n'a été poursuivi, condamné ou sanctionné pour ce crime, renforçant un climat d'impunité déjà tenace.

Imprimer  Envoyer à un ami  Ajouter à mes favoris 

Éclairage

Restez informés!

Copyrights © 2014 trial-ch.org. All rights reserved - DB Engineering: J. Bédat, Design: X. Righetti - Informations légales